Liens utiles – articles

<p>

Liens utiles – articles

<br />
<span style=”font-size: 18pt;” data-mce-style=”font-size: 18pt;”><a href=”https://www.facebook.com/amik.methode.mezieres/” target=”_blank” rel=”noopener” data-mce-href=”https://www.facebook.com/amik.methode.mezieres/”>Rejoignez-nous sur notre compte www.facebook.com/methode.mezieres</a></span><a href=”https://www.methode-mezieres.fr/public-patient/video/” data-mce-href=”https://www.methode-mezieres.fr/public-patient/video/”><span style=”font-size: 18pt;” data-mce-style=”font-size: 18pt;”>Retrouvez nos vidéos</span></a>

<br />
<strong><span style=”font-size: 18pt;” data-mce-style=”font-size: 18pt;”>Nouvelle définition académique de la Méthode Mézières</span></strong><span style=”font-size: 18pt;” data-mce-style=”font-size: 18pt;”>Auteurs : José Ramírez-Moreno, Juan Ramón Revilla- Gutiérrez</span><strong> </strong> Kinésithérapeutes. Professeurs associés à l’Universitat Internacional de Catalunya. Directeurs formation pour l’AMIK. Directeurs de l’Instituto de Fisioterapia Global Mézières. Directeurs du Centro de fisioterapia KineMez.  BarceloneL’article a été publié par la revue « Kinésithérapie Scientifique du mois mai 2018. Pour obtenir le texte complet en format PDF vous devrez accéder au site de la revue qui a les droits de propriété intellectuelle : <a href=”https://www.ks-mag.com/article/10563-nouvelle-definition-academique-de-la-methode-mezieres” data-mce-href=”https://www.ks-mag.com/article/10563-nouvelle-definition-academique-de-la-methode-mezieres”>https://www.ks-mag.com/article/10563-nouvelle-definition-academique-de-la-methode-mezieres</a>. Prix 7€Pour citer l’article :  <em>J. Ramirez-Moreno, J.R, Revilla-Gutiérrez. Kinésithér Scient 2018,598:35-45</em><strong><u>RÉSUMÉ </u></strong>Les techniques ou méthodes qui se fondent sur les chaînes musculaires sont nombreuses. Il n’est pas toujours aisé pour les professionnels de santé, tels les kinésithérapeutes, médecins, podologues, etc. de distinguer les unes par rapport aux autres. Les méziéristes eux-mêmes ne trouvent toujours pas les mots adéquats pour définir la méthode Mézières dans un cadre académique.  Cet article se donne pour objectif de réaliser la première revue de littérature publiée depuis Françoise Mézières en vue de la recherche et de l’adoption d’une définition plus actuelle et rigoureuse de la méthode Mézières. Cette revue se fonde sur des documents découverts dès 1949 et s’étend aux textes plus récents publiés par d’autres auteurs sur la vie et l’œuvre de Françoise Mézières. Elle intègre notamment des études récentes publiées dans des revues internationales afin d’inclure les mots clés les plus académiques dans cette définition. Si définir une méthode en un paragraphe n’est pas aisé, le résultat final offre un texte qui permet aux professionnels intéressés de répondre à la question : qu’est-ce que la méthode Mézières?<strong><u>DEFINITION</u></strong><em>«La méthode Mézières est une méthode de masso-kinésithérapie qui permet d’évaluer, d’établir un diagnostic kinésithérapique et de traiter les troubles neuro-musculo-squelettiques de façon globale   <sup> </sup>dans le cadre d’une approche biopsychosociale  en santé.  La méthode Mézières s’effectue de manière individuelle et active. Elle est fondée sur l’étirement des chaînes myofasciales, ainsi que sur des techniques manuelles et des exercices thérapeutiques symétriques et asymétriques, en associant un travail de reprogrammation sensorimotrice et des exercices de respiration. L’objectif est l’amélioration de la prise en charge de la douleur, du contrôle postural  et de la fonctionnalité du corps ».</em><strong><u>BIBLIOGRAPHIE</u></strong></p>
<li>Mezières F. La gymnastique statique. Paris: Vuibert; 1947.</li>
<li>Mezières F. Révolution en Gymnastique Orthopédique. Librairie Amédé Legrand et Cie ; 1949.</li>
<li>Mezières F. Retour à l’harmonie morphologique par une rééducation spécialisée. Centre homeopathique de France; 1967.</li>
<li>Mezières F. Le réflexe antalgique a Priori. Bulletin AMIK. 1976; 3.</li>
<li>Mezières F. Le rude chemin de la vérité. Bulletin AMIK. 1979; 9.</li>
<li>Mézières F. Originalité de la Méthode Mézières. Paris: Éd. Maloine; 1984.</li>
<li>Méthode [en ligne]. Dictionnaire Larousse [consulté le 10 décembre 2016]. http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/m%C3%A9thode/50965</li>
<li>La méthode Mézières [en ligne]. <strong>L’Association Méziériste International de Kinésithérapie</strong>(acronyme : AMIK). [consulté le 10 décembre 2016]. https://www.methode-mezieres.fr/</li>
<li>Nisand, M. Le travail à distance : Explication et illustration d’un principe de base de la Reconstruction Posturale© à travers deux exemples de pathologies courantes.Kinésithérapie, la revue. 2009; 9(96): 23-27.</li>
<li>La méthode Mézières [en ligne]. <strong>Formation Paul Barbieux</strong>. [consulté le 15 décembre 2016]. http://www.mezieres.eu/home.php</li>
<li>Bertherat T., Bernstein C.Courrier du corps : nouvelles voies de l’anti-gymnastique : bien-être. Points; 2008.</li>
<li>Souchard, P.E.Rééducation posturale globale. Société d’édition« Le Pousoé»; 1985.</li>
<li>Busquet-Vanderheyden, M. Les chaînes physiologiques, bébé au cœur de vos mains.Éditions Busquet; 2011.</li>
<li>Denys-Struyf, G. Les chaînes musculaires et articulaires.Brussels, Belgium : Institut des Châines Musculaires et des Techniques GDS ; 1997.</li>
<li>Nisand, M., & Geismar, S. La méthode Mézières : un concept révolutionnaire : mal de dos et malformations ne sont plus une fatalité. Lyon; 2005.</li>
<li>Patté, J. La méthode Mézières : une approche globale du corps : de la thérapeutique à la prévention et au mieux-vivre, le mal de dos, les troubles posturaux, le vieillissement. Chiron ; 2010.</li>
<li>Diagnostique kinésithérapique [en ligne]. <strong>L’Association Française pour la Recherche et l’Evaluation en Kinésithérapie</strong>(acronyme : AFREK). [consulté le 10 décembre 2016]. http://www.afrek.org/notre-base-de-donnees/utilisation-du-bilan</li>
<li>Promotion et assistance pour une physiothérapie fondée sur les preuves [en ligne]. Physiotherapy Evidence Database (acronyme : PEDro). [consulté le 16 janvier 2017]. https://www.pedro.org.au/french/about-us/roles/</li>
<li>American Medical Association, Elster AB, Kuznets NJ. AMA guidelines for adolescent preventive services (GAPS): recommendations and rationale. : Williams & Wilkins; 1994.</li>
<li>Iunes D, Bevilaqua-Grossi D, Oliveira A, Castro F, Salgado H. Comparative analysis between visual and computerized photogrammetry postural assessment. Revista Brasileira de Fisioterapia. 2009 ; 13(4): 308-315.</li>
<li>Fedorak C, Ashworth N, Marshall J, Paull H. Reliability of the visual assessment of cervical and lumbar lordosis: how good are we? 2003; 28(16): 1857-9.</li>
<li>Myers, Thomas W.Anatomy trains: myofascial meridians for manual and movement therapists. Elsevier Health Sciences; 2009.</li>
<li>Krause, Frieder, et al. Intermuscular force transmission along myofascial chains: a systematic review. Journal of anatomy. 2016 ; 6: 910-918.</li>
<li>Wilke, J., Krause, F., Vogt, L., & Banzer, W. What Is Evidence-Based About Myofascial Chains: A Systematic Review. Archives of physical medicine and rehabilitation. 2016;97(3): 454-461.</li>
<li>Berquin, A. Le modèle biopsychosociat : beaucoup plus qu’un supplement d’empathie.Revue médicale suisse. 2010; 6(258): 1511-1513.</li>
<li>Kamper, S. J., Apeldoorn, A. T., et al. Multidisciplinary biopsychosocial rehabilitation for chronic low back pain. The Cochrane Library; 2014.</li>
<li>Zettel, J. L., Holbeche, A., et al. Redirection of gaze and switching of attention during rapid stepping reactions evoked by unpredictable postural perturbation.Experimental brain research. 2005; 165(3): 392-401.</li>
<li>Woollacott, M., & Shumway-Cook, A. Attention and the control of posture and gait: a review of an emerging area of research.Gait & posture. 2002; 16(1): 1-14.</li>
<li>Borel, L., & Alescio-Lautier, B. Posture and cognition in the elderly: Interaction and contribution to the rehabilitation strategies. Neurophysiologie Clinique/Clinical Neurophysiology. 2014; 44(1): 95-107.</li>
<li>O’Sullivan, K., McAulliffe, S., & DeBurca, N. The effects of eccentric training on lower limb flexibility: a systematic review.British journal of sports medicine. 2014; 48(7): 648-648.</li>
<li>Myers, T. W. The ‘anatomy trains’.Journal of Bodywork and Movement Therapies. 1997; 1(2): 91-101.</li>
<li>Pilat, A.Terapias miofasciales: Inducción miofascial. McGraw-Hill Interamericana de España; 2003.</li>
<li>Yuan, S. L. K., Matsutani, L. A., & Marques, A. P. Effectiveness of different styles of massage therapy in fibromyalgia: A systematic review and meta-analysis.Manual therapy. 2015; 20(2): 257-264.</li>
<li>Ho, C. Y. C., Sole, G., & Munn, J. The effectiveness of manual therapy in the management of musculoskeletal disorders of the shoulder: a systematic review.Manual therapy. 2009; 14(5): 463-474.</li>
<li>Furlan, A. D., Imamura, M., Dryden, T., & Irvin, E. Massage for low‐back pain.The Cochrane Library; 2008.</li>
<li>Vostatek, P., Novak, D., et al. Diaphragm postural function analysis using magnetic resonance imaging. PloS one. 2015; 8(3): e56724.</li>
<li>Hodges, P. W., Butler, J. E., et al. Contraction of the human diaphragm during rapid postural adjustments.The Journal of physiology. 1997; 505(2): 539-548.</li>
<li>Hodges, P. W., Gandevia, S. C., & Richardson, C. A. Contractions of specific abdominal muscles in postural tasks are affected by respiratory maneuvers. Journal of Applied Physiology. 1997; 83(3): 753-760.</li>
<li>Hodges, P. W., Sapsford, R., & Pengel, L. H. M. Postural and respiratory functions of the pelvic floor muscles.Neurourology and urodynamics. 2007; 26(3): 362-371.</li>
<li>Borghuis, J., Hof, A. L., & Lemmink, K. A. The importance of sensory-motor control in providing core stability. Sports medicine. 2008; 38(11): 893-916.</li>
<li>Moseley, G. L., Nicholas, M. K., & Hodges, P. W. Does anticipation of back pain predispose to back trouble? 2004; 127(10): 2339-2347.</li>
<li>Moseley, G. L., Nicholas, M. K., & Hodges, P. W. Pain differs from non-painful attention-demanding or stressful tasks in its effect on postural control patterns of trunk muscles.Experimental brain research. 2004; 156(1): 64-71.</li>
<li>Carpintero Rubio C.J. Origen y desarrollo del concepto de cadenas musculares en fisioterapia [Thèse doctoral]. 2015.  Universidad Complutense de Madrid, Madrid.</li>
<p>Kinésithérapie Scientifique / KS n°598- mai 2018

<br />
<a href=”https://www.methode-mezieres.fr/wp-content/uploads/2018/02/Profession-Kiné-n°57-décembre-2017.jpg” data-mce-href=”https://www.methode-mezieres.fr/wp-content/uploads/2018/02/Profession-Kiné-n°57-décembre-2017.jpg”><img class=”size-medium wp-image-4341 aligncenter” src=”https://www.methode-mezieres.fr/wp-content/uploads/2018/02/Profession-Kiné-n°57-décembre-2017-182×300.jpg” alt=”” width=”182″ height=”300″ data-mce-src=”https://www.methode-mezieres.fr/wp-content/uploads/2018/02/Profession-Kiné-n°57-décembre-2017-182×300.jpg” /></a>Profession Kiné n°57 – décembre 2017

<br />
<a href=”https://www.methode-mezieres.fr/wp-content/uploads/2017/11/article-Femme-Actuelle-novembre-2017.jpg” data-mce-href=”https://www.methode-mezieres.fr/wp-content/uploads/2017/11/article-Femme-Actuelle-novembre-2017.jpg”><img class=”alignnone size-medium wp-image-3940″ src=”https://www.methode-mezieres.fr/wp-content/uploads/2017/11/article-Femme-Actuelle-novembre-2017-225×300.jpg” alt=”” width=”225″ height=”300″ data-mce-src=”https://www.methode-mezieres.fr/wp-content/uploads/2017/11/article-Femme-Actuelle-novembre-2017-225×300.jpg” /></a>

<br />article l'equipe 26-09-2017
26/09/2017<br />

<br />entretien Jose Ramirez Kiné actualité 2014
entretien Jose Ramirez<br />

<br />kine actu du 29-11-2012
29/11/2012<br />

</p>
<p><strong style=”font-size: 14pt;” data-mce-style=”font-size: 14pt;”>Extrait article / Horse Pilot – Vincent ROGINE</strong><span style=”font-size: 12pt;” data-mce-style=”font-size: 12pt;”><strong>Rencontre avec un professionnel de santé spécialisé…</strong></span>Vincent Rogine est kinésithérapeute Méziériste : une branche de la profession qui se spécialise dans les chaines musculaires. Elle s’axe sur le travail postural pour corriger les troubles de la statique, apprendre à bien maîtriser son corps, en travaillant sur les chaines musculaires. Nous avons eu son contact grâce à <strong>notre ambassadrice Félicie Bertrand</strong> et avons découvert qu’il était coutumier du traitement des cavaliers. Installé aux écuries des Hauts Vents, au cœur de la Normandie, c’est naturellement que des athlètes de la région sont allés vers lui. De son expérience et à côtoyer tous profils de cavalier, Vincent Rogine a son idée sur la question de l’équitation et son impact sur le corps.<span style=”font-size: 12pt;” data-mce-style=”font-size: 12pt;”><strong>Alors notre équitation : bonne ou mauvaise pour la santé et pour le dos ?</strong></span><em><strong>Horse Pilot :</strong></em> <em>Quels sont les muscles et les articulations qui sont les plus sollicitées en équitation ?</em><strong>Vincent Rogine :</strong> Ce qui est le plus sollicité c’est le bassin, et les articulations des chevilles et des genoux, et le dos… Niveau musculaire ce sont les abducteurs qui posent problème et les rétractions (raccourcissement ou diminution de volume d’un tissu) des chaines postérieures qui sont gênantes. C’est-à-dire que si vous avez des tensions dans les mollets et donc la chaîne postérieure, cela peut être un frein pour avoir une position correcte à cheval.<strong><em>H.P. :</em></strong><em> Et y a-t-il des pathologies qui apparaissent plus fréquemment chez les cavaliers ? Est-ce que ça dépend des disciplines ? </em>Personnellement je connais plus le dressage et le saut d’obstacle. Le principal problème qu’on rencontre c’est toutes <strong>les tendinites et les déchirures des abducteurs ou des muscles de l’intérieur de la cuisse</strong>, soit pour des raisons traumatiques, soit pour des tensions chroniques qui deviennent douloureuses. En général <strong>les patients qui ont mal au dos ne sont pas aggravés par le fait de monter à cheval</strong> quand ils montent correctement ils sont plutôt améliorés par l’équitation.On pourrait dire que <strong>les deux bons sports pour le dos c’est la marche à pied et l’équitation. </strong>Ce qui aggrave les problèmes de dos ce sont les chutes, et tous les à-côtés ; si vous faites les boxes, que vous portez les barres… Passer son temps penché en avant pour curer les pieds, mettre les crampons…<strong><em>H.P. :</em></strong><em> Vous avez anticipé un peu une autre question qui concernait les à-côtés de l’équitation. Travailler dans une écurie, c’est beaucoup tenir une fourche, un balai… Avec une main en haut, une en bas, souvent toujours de la même manière !</em><strong>V.R. :</strong> Oui parce que quand on est droitier on est incapable de tenir la fourche autrement qu’avec la main droite en haut et la main gauche en bas. On ne peut pas faire l’inverse. Donc on se vrille le dos…  <strong>L’intérêt de l’équitation c’est que c’est un sport symétrique,</strong> <strong>où l’on étudie sa position</strong>. Au niveau de la prise de conscience du corps, et le travail de la symétrie c’est intéressant parce qu’on essaie d’être symétrique dans ce que l’on fait. A la fois pour le cheval et pour soit.<br />A mes patients, je ne déconseille jamais de monter à cheval. En revanche je leur dis ‘’vous montez avec un gilet de protection, une bombe, <strong>au mieux un airbag mais vous vous protégez au maximum</strong> parce que c’est quand vous tombez vous n’allez pas vous faire du bien.’’<span style=”font-size: 12pt;” data-mce-style=”font-size: 12pt;”>Pour paliers les soucis de santé liées à la pratique de notre sport, existent les échauffements, trop souvent négligés en équitation…</span><strong><em>H.P. :</em></strong><em> Qu’est-ce que vous auriez comme conseils à donner, des gestes simples et rapides à adopter pour se mettre en condition avant l’effort et pour pérenniser sa condition physique ?</em><strong>V.R. :</strong> Il faut faire un travail de fond de placement et d’étirement du corps ; ça ne se fait pas 5 minutes. Si on a quelque chose à faire <strong>avant de monter c’est échauffer les hanches et les abducteurs.</strong> C’est vraiment le muscle qui est pris à froid, on se sert brusquement des cuisses cela peut provoquer des déchirures donc s’il y a une chose à faire, c’est échauffer les hanches et les abducteurs. Il n’y en a pas 36 !<strong><em>H.P. :</em></strong><em> Pourriez-vous me décrire ces gestes ?</em><strong>V.R. :</strong> Bien sûr, quand le cavalier est debout il pose son talon droit, jambe tendue, sur un tabouret. Il fléchie sa jambe gauche et met en tension ses abducteurs en descendant un peu son centre de gravité. Sa jambe droite reste bien tendue en relevant la pointe de pied « flex » pour tirer sur la chaîne postérieure (arrière de la jambe). Il n’y a donc pas besoin de matériel compliqué ; un tabouret, une botte de foin… On peut aussi travailler en écartant un peu ses deux pieds au sol et descendre progressivement les hanches en écartant les jambes.Il ne faut pas monter à cheval en étant tout raide, bloqué, il faut s’échauffer. Dans le meilleur des cas, allez voir quelqu’un qui vous conseille et qui vous donne un programme journalier pour pouvoir être échauffé trois quarts d’heure, une heure avant. L’important c’est la préparation.<strong>Un autre élément à bien assimiler c’est la qualité du relâchement musculaire.</strong>On cherche le relâchement du cheval : il faut que le cavalier ait le même. On est raide parce qu’on est crispé dans sa tête. J’ai traité un cavalier qui s’appelle Christian E. il est très raide. Mais quand il monte on est incapable de le savoir parce qu’il monte relâché, ça ne le gêne pas pour monter. Le relâchement il est 50% physique et 50% mental. Ça fait vraiment la différence.<strong><em>H.P. :</em></strong><em> Comment trouver le juste équilibre entre le relâchement et la tonicité ? </em><strong>V.R. :</strong> <strong>Le juste milieu c’est apprendre le placement de son corps.</strong> Ça ne demande pas une action musculaire forte. C’est être placé au-dessus de ses pieds, bien aligner ses masses ; cheville, genou, bassin, épaules etc. comme on nous apprend. La juste répartition du corps et de son centre de gravité, ce n’est pas sur un effort musculaire au contraire. Il faut en être capable en étant le plus relâché possible en étant juste ce qu’il faut de tension musculaire. On ne monte pas à cheval pour faire de la muscu !<span style=”font-size: 12pt;” data-mce-style=”font-size: 12pt;”><strong>Être capable de garder de l’aisance et de la fluidité dans son corps, sans rien bloquer. A partir du moment où on bloque son corps, c’est le cheval qui se bloque et là c’est foutu.</strong></span>La clé, c’est le contrôle mental que l’on a de sa posture et de sa musculature. Être capable de ne pas bloquer sa respiration. Le yoga c’est bien pour ça ; il y a beaucoup d’exercices respiratoires. Essayer de ne pas avoir une respiration courte et superficielle mais plutôt dans le ventre, régulière et calme ! <strong>Ne pas s’arrêter de respirer, inspirer profondément, se relâcher.</strong> Tant que la respiration est bloquée on ne peut rien faire. Elle permet de travailler tout le reste ensuite.<strong><em><br />H.P. :</em></strong><em> Je rebondis sur quelque chose que vous m’avez dit un peu plus tôt, un des meilleurs sports qui complète l’équitation était la marche à pied. Est-ce que vous pourriez développer cette idée ?</em><strong>V.R. :</strong> Oui tout simplement. Marcher avec des bâtons de marche (marche nordique) ce n’est pas traumatisant, ça fait travailler toute la musculature, ça fait travailler le souffle ! Ce qui peut manquer pour un cavalier ; comme les parcours durent 70 secondes (en CSO, ndlr), il faudrait trouver une activité un peu plus intense où on puisse s’entraîner à fournir un effort pendant 1 minute et demi sans être complètement « roti » au bout de 45 secondes. Donc là il faut faire soit de la natation – si elle est bien pratiquée – ça peut être le vélo aussi en étant capable de tenir le choc d’un effort intense pendant 2 minutes… <strong>Un entrainement à des efforts courts et intenses sera important.</strong> Quand on n’a pas cet entrainement-là, on est dans le noir sur la fin de son parcours ou même sa reprise de dressage, parce qu’on ne respire plus. Il y a toujours le moyen de trouver un sport qu’on aime bien mais qu’il faut faire quand on peut (vélo, natation, step…).<span style=”font-size: 12pt;” data-mce-style=”font-size: 12pt;”>A retenir :</span><span style=”font-size: 12pt;” data-mce-style=”font-size: 12pt;”><strong>Bien pratiquée, l’équitation n’est pas mauvaise pour la santé. Elle est même bénéfique pour le dos ! Avec quelques échauffements, une bonne gestion de sa respiration, et un travail complémentaire permettant de gérer un effort court et intense, vous serez armé en toute circonstance ! Prêts à relever le défis ?</strong></span>

</p>
[/av_textblock]

Nouvelle définition académique de la Méthode MézièresAuteurs : José Ramírez-Moreno, Juan Ramón Revilla- Gutiérrez  Kinésithérapeutes. Professeurs associés à l’Universitat Internacional de Catalunya. Directeurs formation pour l’AMIK. Directeurs de l’Instituto de Fisioterapia Global Mézières. Directeurs du Centro de fisioterapia KineMez.  BarceloneL’article a été publié par la revue « Kinésithérapie Scientifique du mois mai 2018. Pour obtenir le texte complet en format PDF vous devrez accéder au site de la revue qui a les droits de propriété intellectuelle : https://www.ks-mag.com/article/10563-nouvelle-definition-academique-de-la-methode-mezieres. Prix 7€Pour citer l’article :  J. Ramirez-Moreno, J.R, Revilla-Gutiérrez. Kinésithér Scient 2018,598:35-45RÉSUMÉ Les techniques ou méthodes qui se fondent sur les chaînes musculaires sont nombreuses. Il n’est pas toujours aisé pour les professionnels de santé, tels les kinésithérapeutes, médecins, podologues, etc. de distinguer les unes par rapport aux autres. Les méziéristes eux-mêmes ne trouvent toujours pas les mots adéquats pour définir la méthode Mézières dans un cadre académique.  Cet article se donne pour objectif de réaliser la première revue de littérature publiée depuis Françoise Mézières en vue de la recherche et de l’adoption d’une définition plus actuelle et rigoureuse de la méthode Mézières. Cette revue se fonde sur des documents découverts dès 1949 et s’étend aux textes plus récents publiés par d’autres auteurs sur la vie et l’œuvre de Françoise Mézières. Elle intègre notamment des études récentes publiées dans des revues internationales afin d’inclure les mots clés les plus académiques dans cette définition. Si définir une méthode en un paragraphe n’est pas aisé, le résultat final offre un texte qui permet aux professionnels intéressés de répondre à la question : qu’est-ce que la méthode Mézières?DEFINITION«La méthode Mézières est une méthode de masso-kinésithérapie qui permet d’évaluer, d’établir un diagnostic kinésithérapique et de traiter les troubles neuro-musculo-squelettiques de façon globale    dans le cadre d’une approche biopsychosociale  en santé.  La méthode Mézières s’effectue de manière individuelle et active. Elle est fondée sur l’étirement des chaînes myofasciales, ainsi que sur des techniques manuelles et des exercices thérapeutiques symétriques et asymétriques, en associant un travail de reprogrammation sensorimotrice et des exercices de respiration. L’objectif est l’amélioration de la prise en charge de la douleur, du contrôle postural  et de la fonctionnalité du corps ».BIBLIOGRAPHIE

  • Mezières F. La gymnastique statique. Paris: Vuibert; 1947.
  • Mezières F. Révolution en Gymnastique Orthopédique. Librairie Amédé Legrand et Cie ; 1949.
  • Mezières F. Retour à l’harmonie morphologique par une rééducation spécialisée. Centre homeopathique de France; 1967.
  • Mezières F. Le réflexe antalgique a Priori. Bulletin AMIK. 1976; 3.
  • Mezières F. Le rude chemin de la vérité. Bulletin AMIK. 1979; 9.
  • Mézières F. Originalité de la Méthode Mézières. Paris: Éd. Maloine; 1984.
  • Méthode [en ligne]. Dictionnaire Larousse [consulté le 10 décembre 2016]. http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/m%C3%A9thode/50965
  • La méthode Mézières [en ligne]. L’Association Méziériste International de Kinésithérapie(acronyme : AMIK). [consulté le 10 décembre 2016]. https://www.methode-mezieres.fr/
  • Nisand, M. Le travail à distance : Explication et illustration d’un principe de base de la Reconstruction Posturale© à travers deux exemples de pathologies courantes.Kinésithérapie, la revue. 2009; 9(96): 23-27.
  • La méthode Mézières [en ligne]. Formation Paul Barbieux. [consulté le 15 décembre 2016]. http://www.mezieres.eu/home.php
  • Bertherat T., Bernstein C.Courrier du corps : nouvelles voies de l’anti-gymnastique : bien-être. Points; 2008.
  • Souchard, P.E.Rééducation posturale globale. Société d’édition« Le Pousoé»; 1985.
  • Busquet-Vanderheyden, M. Les chaînes physiologiques, bébé au cœur de vos mains.Éditions Busquet; 2011.
  • Denys-Struyf, G. Les chaînes musculaires et articulaires.Brussels, Belgium : Institut des Châines Musculaires et des Techniques GDS ; 1997.
  • Nisand, M., & Geismar, S. La méthode Mézières : un concept révolutionnaire : mal de dos et malformations ne sont plus une fatalité. Lyon; 2005.
  • Patté, J. La méthode Mézières : une approche globale du corps : de la thérapeutique à la prévention et au mieux-vivre, le mal de dos, les troubles posturaux, le vieillissement. Chiron ; 2010.
  • Diagnostique kinésithérapique [en ligne]. L’Association Française pour la Recherche et l’Evaluation en Kinésithérapie(acronyme : AFREK). [consulté le 10 décembre 2016]. http://www.afrek.org/notre-base-de-donnees/utilisation-du-bilan
  • Promotion et assistance pour une physiothérapie fondée sur les preuves [en ligne]. Physiotherapy Evidence Database (acronyme : PEDro). [consulté le 16 janvier 2017]. https://www.pedro.org.au/french/about-us/roles/
  • American Medical Association, Elster AB, Kuznets NJ. AMA guidelines for adolescent preventive services (GAPS): recommendations and rationale. : Williams & Wilkins; 1994.
  • Iunes D, Bevilaqua-Grossi D, Oliveira A, Castro F, Salgado H. Comparative analysis between visual and computerized photogrammetry postural assessment. Revista Brasileira de Fisioterapia. 2009 ; 13(4): 308-315.
  • Fedorak C, Ashworth N, Marshall J, Paull H. Reliability of the visual assessment of cervical and lumbar lordosis: how good are we? 2003; 28(16): 1857-9.
  • Myers, Thomas W.Anatomy trains: myofascial meridians for manual and movement therapists. Elsevier Health Sciences; 2009.
  • Krause, Frieder, et al. Intermuscular force transmission along myofascial chains: a systematic review. Journal of anatomy. 2016 ; 6: 910-918.
  • Wilke, J., Krause, F., Vogt, L., & Banzer, W. What Is Evidence-Based About Myofascial Chains: A Systematic Review. Archives of physical medicine and rehabilitation. 2016;97(3): 454-461.
  • Berquin, A. Le modèle biopsychosociat : beaucoup plus qu’un supplement d’empathie.Revue médicale suisse. 2010; 6(258): 1511-1513.
  • Kamper, S. J., Apeldoorn, A. T., et al. Multidisciplinary biopsychosocial rehabilitation for chronic low back pain. The Cochrane Library; 2014.
  • Zettel, J. L., Holbeche, A., et al. Redirection of gaze and switching of attention during rapid stepping reactions evoked by unpredictable postural perturbation.Experimental brain research. 2005; 165(3): 392-401.
  • Woollacott, M., & Shumway-Cook, A. Attention and the control of posture and gait: a review of an emerging area of research.Gait & posture. 2002; 16(1): 1-14.
  • Borel, L., & Alescio-Lautier, B. Posture and cognition in the elderly: Interaction and contribution to the rehabilitation strategies. Neurophysiologie Clinique/Clinical Neurophysiology. 2014; 44(1): 95-107.
  • O’Sullivan, K., McAulliffe, S., & DeBurca, N. The effects of eccentric training on lower limb flexibility: a systematic review.British journal of sports medicine. 2014; 48(7): 648-648.
  • Myers, T. W. The ‘anatomy trains’.Journal of Bodywork and Movement Therapies. 1997; 1(2): 91-101.
  • Pilat, A.Terapias miofasciales: Inducción miofascial. McGraw-Hill Interamericana de España; 2003.
  • Yuan, S. L. K., Matsutani, L. A., & Marques, A. P. Effectiveness of different styles of massage therapy in fibromyalgia: A systematic review and meta-analysis.Manual therapy. 2015; 20(2): 257-264.
  • Ho, C. Y. C., Sole, G., & Munn, J. The effectiveness of manual therapy in the management of musculoskeletal disorders of the shoulder: a systematic review.Manual therapy. 2009; 14(5): 463-474.
  • Furlan, A. D., Imamura, M., Dryden, T., & Irvin, E. Massage for low‐back pain.The Cochrane Library; 2008.
  • Vostatek, P., Novak, D., et al. Diaphragm postural function analysis using magnetic resonance imaging. PloS one. 2015; 8(3): e56724.
  • Hodges, P. W., Butler, J. E., et al. Contraction of the human diaphragm during rapid postural adjustments.The Journal of physiology. 1997; 505(2): 539-548.
  • Hodges, P. W., Gandevia, S. C., & Richardson, C. A. Contractions of specific abdominal muscles in postural tasks are affected by respiratory maneuvers. Journal of Applied Physiology. 1997; 83(3): 753-760.
  • Hodges, P. W., Sapsford, R., & Pengel, L. H. M. Postural and respiratory functions of the pelvic floor muscles.Neurourology and urodynamics. 2007; 26(3): 362-371.
  • Borghuis, J., Hof, A. L., & Lemmink, K. A. The importance of sensory-motor control in providing core stability. Sports medicine. 2008; 38(11): 893-916.
  • Moseley, G. L., Nicholas, M. K., & Hodges, P. W. Does anticipation of back pain predispose to back trouble? 2004; 127(10): 2339-2347.
  • Moseley, G. L., Nicholas, M. K., & Hodges, P. W. Pain differs from non-painful attention-demanding or stressful tasks in its effect on postural control patterns of trunk muscles.Experimental brain research. 2004; 156(1): 64-71.
  • Carpintero Rubio C.J. Origen y desarrollo del concepto de cadenas musculares en fisioterapia [Thèse doctoral]. 2015.  Universidad Complutense de Madrid, Madrid.
  • Kinésithérapie Scientifique / KS n°598- mai 2018

    Profession Kiné n°57 – décembre 2017

    Extrait article / Horse Pilot – Vincent ROGINERencontre avec un professionnel de santé spécialisé…Vincent Rogine est kinésithérapeute Méziériste : une branche de la profession qui se spécialise dans les chaines musculaires. Elle s’axe sur le travail postural pour corriger les troubles de la statique, apprendre à bien maîtriser son corps, en travaillant sur les chaines musculaires. Nous avons eu son contact grâce à notre ambassadrice Félicie Bertrand et avons découvert qu’il était coutumier du traitement des cavaliers. Installé aux écuries des Hauts Vents, au cœur de la Normandie, c’est naturellement que des athlètes de la région sont allés vers lui. De son expérience et à côtoyer tous profils de cavalier, Vincent Rogine a son idée sur la question de l’équitation et son impact sur le corps.Alors notre équitation : bonne ou mauvaise pour la santé et pour le dos ?Horse Pilot : Quels sont les muscles et les articulations qui sont les plus sollicitées en équitation ?Vincent Rogine : Ce qui est le plus sollicité c’est le bassin, et les articulations des chevilles et des genoux, et le dos… Niveau musculaire ce sont les abducteurs qui posent problème et les rétractions (raccourcissement ou diminution de volume d’un tissu) des chaines postérieures qui sont gênantes. C’est-à-dire que si vous avez des tensions dans les mollets et donc la chaîne postérieure, cela peut être un frein pour avoir une position correcte à cheval.H.P. : Et y a-t-il des pathologies qui apparaissent plus fréquemment chez les cavaliers ? Est-ce que ça dépend des disciplines ? Personnellement je connais plus le dressage et le saut d’obstacle. Le principal problème qu’on rencontre c’est toutes les tendinites et les déchirures des abducteurs ou des muscles de l’intérieur de la cuisse, soit pour des raisons traumatiques, soit pour des tensions chroniques qui deviennent douloureuses. En général les patients qui ont mal au dos ne sont pas aggravés par le fait de monter à cheval quand ils montent correctement ils sont plutôt améliorés par l’équitation.On pourrait dire que les deux bons sports pour le dos c’est la marche à pied et l’équitation. Ce qui aggrave les problèmes de dos ce sont les chutes, et tous les à-côtés ; si vous faites les boxes, que vous portez les barres… Passer son temps penché en avant pour curer les pieds, mettre les crampons…H.P. : Vous avez anticipé un peu une autre question qui concernait les à-côtés de l’équitation. Travailler dans une écurie, c’est beaucoup tenir une fourche, un balai… Avec une main en haut, une en bas, souvent toujours de la même manière !V.R. : Oui parce que quand on est droitier on est incapable de tenir la fourche autrement qu’avec la main droite en haut et la main gauche en bas. On ne peut pas faire l’inverse. Donc on se vrille le dos…  L’intérêt de l’équitation c’est que c’est un sport symétrique, où l’on étudie sa position. Au niveau de la prise de conscience du corps, et le travail de la symétrie c’est intéressant parce qu’on essaie d’être symétrique dans ce que l’on fait. A la fois pour le cheval et pour soit.
    A mes patients, je ne déconseille jamais de monter à cheval. En revanche je leur dis ‘’vous montez avec un gilet de protection, une bombe, au mieux un airbag mais vous vous protégez au maximum parce que c’est quand vous tombez vous n’allez pas vous faire du bien.’’Pour paliers les soucis de santé liées à la pratique de notre sport, existent les échauffements, trop souvent négligés en équitation…H.P. : Qu’est-ce que vous auriez comme conseils à donner, des gestes simples et rapides à adopter pour se mettre en condition avant l’effort et pour pérenniser sa condition physique ?V.R. : Il faut faire un travail de fond de placement et d’étirement du corps ; ça ne se fait pas 5 minutes. Si on a quelque chose à faire avant de monter c’est échauffer les hanches et les abducteurs. C’est vraiment le muscle qui est pris à froid, on se sert brusquement des cuisses cela peut provoquer des déchirures donc s’il y a une chose à faire, c’est échauffer les hanches et les abducteurs. Il n’y en a pas 36 !H.P. : Pourriez-vous me décrire ces gestes ?V.R. : Bien sûr, quand le cavalier est debout il pose son talon droit, jambe tendue, sur un tabouret. Il fléchie sa jambe gauche et met en tension ses abducteurs en descendant un peu son centre de gravité. Sa jambe droite reste bien tendue en relevant la pointe de pied « flex » pour tirer sur la chaîne postérieure (arrière de la jambe). Il n’y a donc pas besoin de matériel compliqué ; un tabouret, une botte de foin… On peut aussi travailler en écartant un peu ses deux pieds au sol et descendre progressivement les hanches en écartant les jambes.Il ne faut pas monter à cheval en étant tout raide, bloqué, il faut s’échauffer. Dans le meilleur des cas, allez voir quelqu’un qui vous conseille et qui vous donne un programme journalier pour pouvoir être échauffé trois quarts d’heure, une heure avant. L’important c’est la préparation.Un autre élément à bien assimiler c’est la qualité du relâchement musculaire.On cherche le relâchement du cheval : il faut que le cavalier ait le même. On est raide parce qu’on est crispé dans sa tête. J’ai traité un cavalier qui s’appelle Christian E. il est très raide. Mais quand il monte on est incapable de le savoir parce qu’il monte relâché, ça ne le gêne pas pour monter. Le relâchement il est 50% physique et 50% mental. Ça fait vraiment la différence.H.P. : Comment trouver le juste équilibre entre le relâchement et la tonicité ? V.R. : Le juste milieu c’est apprendre le placement de son corps. Ça ne demande pas une action musculaire forte. C’est être placé au-dessus de ses pieds, bien aligner ses masses ; cheville, genou, bassin, épaules etc. comme on nous apprend. La juste répartition du corps et de son centre de gravité, ce n’est pas sur un effort musculaire au contraire. Il faut en être capable en étant le plus relâché possible en étant juste ce qu’il faut de tension musculaire. On ne monte pas à cheval pour faire de la muscu !Être capable de garder de l’aisance et de la fluidité dans son corps, sans rien bloquer. A partir du moment où on bloque son corps, c’est le cheval qui se bloque et là c’est foutu.La clé, c’est le contrôle mental que l’on a de sa posture et de sa musculature. Être capable de ne pas bloquer sa respiration. Le yoga c’est bien pour ça ; il y a beaucoup d’exercices respiratoires. Essayer de ne pas avoir une respiration courte et superficielle mais plutôt dans le ventre, régulière et calme ! Ne pas s’arrêter de respirer, inspirer profondément, se relâcher. Tant que la respiration est bloquée on ne peut rien faire. Elle permet de travailler tout le reste ensuite.
    H.P. :
    Je rebondis sur quelque chose que vous m’avez dit un peu plus tôt, un des meilleurs sports qui complète l’équitation était la marche à pied. Est-ce que vous pourriez développer cette idée ?V.R. : Oui tout simplement. Marcher avec des bâtons de marche (marche nordique) ce n’est pas traumatisant, ça fait travailler toute la musculature, ça fait travailler le souffle ! Ce qui peut manquer pour un cavalier ; comme les parcours durent 70 secondes (en CSO, ndlr), il faudrait trouver une activité un peu plus intense où on puisse s’entraîner à fournir un effort pendant 1 minute et demi sans être complètement « roti » au bout de 45 secondes. Donc là il faut faire soit de la natation – si elle est bien pratiquée – ça peut être le vélo aussi en étant capable de tenir le choc d’un effort intense pendant 2 minutes… Un entrainement à des efforts courts et intenses sera important. Quand on n’a pas cet entrainement-là, on est dans le noir sur la fin de son parcours ou même sa reprise de dressage, parce qu’on ne respire plus. Il y a toujours le moyen de trouver un sport qu’on aime bien mais qu’il faut faire quand on peut (vélo, natation, step…).A retenir :Bien pratiquée, l’équitation n’est pas mauvaise pour la santé. Elle est même bénéfique pour le dos ! Avec quelques échauffements, une bonne gestion de sa respiration, et un travail complémentaire permettant de gérer un effort court et intense, vous serez armé en toute circonstance ! Prêts à relever le défis ?

    Nouvelle définition académique de la Méthode Mézières

    Auteurs : José Ramírez-Moreno, Juan Ramón Revilla- Gutiérrez 

     Kinésithérapeutes. Professeurs associés à l’Universitat Internacional de Catalunya. Directeurs formation pour l’AMIK. Directeurs de l’Instituto de Fisioterapia Global Mézières. Directeurs du Centro de fisioterapia KineMez.  Barcelone

    L’article a été publié par la revue « Kinésithérapie Scientifique du mois mai 2018. Pour obtenir le texte complet en format PDF vous devrez accéder au site de la revue qui a les droits de propriété intellectuelle : https://www.ks-mag.com/article/10563-nouvelle-definition-academique-de-la-methode-mezieres. Prix 7€

    Pour citer l’article :  J. Ramirez-Moreno, J.R, Revilla-Gutiérrez. Kinésithér Scient 2018,598:35-45

    RÉSUMÉ

    Les techniques ou méthodes qui se fondent sur les chaînes musculaires sont nombreuses. Il n’est pas toujours aisé pour les professionnels de santé, tels les kinésithérapeutes, médecins, podologues, etc. de distinguer les unes par rapport aux autres. Les méziéristes eux-mêmes ne trouvent toujours pas les mots adéquats pour définir la méthode Mézières dans un cadre académique.  Cet article se donne pour objectif de réaliser la première revue de littérature publiée depuis Françoise Mézières en vue de la recherche et de l’adoption d’une définition plus actuelle et rigoureuse de la méthode Mézières. Cette revue se fonde sur des documents découverts dès 1949 et s’étend aux textes plus récents publiés par d’autres auteurs sur la vie et l’œuvre de Françoise Mézières. Elle intègre notamment des études récentes publiées dans des revues internationales afin d’inclure les mots clés les plus académiques dans cette définition. Si définir une méthode en un paragraphe n’est pas aisé, le résultat final offre un texte qui permet aux professionnels intéressés de répondre à la question : qu’est-ce que la méthode Mézières?

    DEFINITION

    «La méthode Mézières est une méthode de masso-kinésithérapie qui permet d’évaluer, d’établir un diagnostic kinésithérapique et de traiter les troubles neuro-musculo-squelettiques de façon globale    dans le cadre d’une approche biopsychosociale  en santé.  La méthode Mézières s’effectue de manière individuelle et active. Elle est fondée sur l’étirement des chaînes myofasciales, ainsi que sur des techniques manuelles et des exercices thérapeutiques symétriques et asymétriques, en associant un travail de reprogrammation sensorimotrice et des exercices de respiration. L’objectif est l’amélioration de la prise en charge de la douleur, du contrôle postural  et de la fonctionnalité du corps ».

    BIBLIOGRAPHIE

    1. Mezières F. La gymnastique statique. Paris: Vuibert; 1947.
    2. Mezières F. Révolution en Gymnastique Orthopédique. Librairie Amédé Legrand et Cie ; 1949.
    3. Mezières F. Retour à l’harmonie morphologique par une rééducation spécialisée. Centre homeopathique de France; 1967.
    4. Mezières F. Le réflexe antalgique a Priori. Bulletin AMIK. 1976; 3.
    5. Mezières F. Le rude chemin de la vérité. Bulletin AMIK. 1979; 9.
    6. Mézières F. Originalité de la Méthode Mézières. Paris: Éd. Maloine; 1984.
    7. Méthode [en ligne]. Dictionnaire Larousse [consulté le 10 décembre 2016]. http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/m%C3%A9thode/50965
    8. La méthode Mézières [en ligne]. L’Association Méziériste International de Kinésithérapie(acronyme : AMIK). [consulté le 10 décembre 2016]. https://www.methode-mezieres.fr/
    9. Nisand, M. Le travail à distance : Explication et illustration d’un principe de base de la Reconstruction Posturale© à travers deux exemples de pathologies courantes.Kinésithérapie, la revue. 2009; 9(96): 23-27.
    10. La méthode Mézières [en ligne]. Formation Paul Barbieux. [consulté le 15 décembre 2016]. http://www.mezieres.eu/home.php
    11. Bertherat T., Bernstein C.Courrier du corps : nouvelles voies de l’anti-gymnastique : bien-être. Points; 2008.
    12. Souchard, P.E.Rééducation posturale globale. Société d’édition« Le Pousoé»; 1985.
    13. Busquet-Vanderheyden, M. Les chaînes physiologiques, bébé au cœur de vos mains.Éditions Busquet; 2011.
    14. Denys-Struyf, G. Les chaînes musculaires et articulaires.Brussels, Belgium : Institut des Châines Musculaires et des Techniques GDS ; 1997.
    15. Nisand, M., & Geismar, S. La méthode Mézières : un concept révolutionnaire : mal de dos et malformations ne sont plus une fatalité. Lyon; 2005.
    16. Patté, J. La méthode Mézières : une approche globale du corps : de la thérapeutique à la prévention et au mieux-vivre, le mal de dos, les troubles posturaux, le vieillissement. Chiron ; 2010.
    17. Diagnostique kinésithérapique [en ligne]. L’Association Française pour la Recherche et l’Evaluation en Kinésithérapie(acronyme : AFREK). [consulté le 10 décembre 2016]. http://www.afrek.org/notre-base-de-donnees/utilisation-du-bilan
    18. Promotion et assistance pour une physiothérapie fondée sur les preuves [en ligne]. Physiotherapy Evidence Database (acronyme : PEDro). [consulté le 16 janvier 2017]. https://www.pedro.org.au/french/about-us/roles/
    19. American Medical Association, Elster AB, Kuznets NJ. AMA guidelines for adolescent preventive services (GAPS): recommendations and rationale. : Williams & Wilkins; 1994.
    20. Iunes D, Bevilaqua-Grossi D, Oliveira A, Castro F, Salgado H. Comparative analysis between visual and computerized photogrammetry postural assessment. Revista Brasileira de Fisioterapia. 2009 ; 13(4): 308-315.
    21. Fedorak C, Ashworth N, Marshall J, Paull H. Reliability of the visual assessment of cervical and lumbar lordosis: how good are we? 2003; 28(16): 1857-9.
    22. Myers, Thomas W.Anatomy trains: myofascial meridians for manual and movement therapists. Elsevier Health Sciences; 2009.
    23. Krause, Frieder, et al. Intermuscular force transmission along myofascial chains: a systematic review. Journal of anatomy. 2016 ; 6: 910-918.
    24. Wilke, J., Krause, F., Vogt, L., & Banzer, W. What Is Evidence-Based About Myofascial Chains: A Systematic Review. Archives of physical medicine and rehabilitation. 2016;97(3): 454-461.
    25. Berquin, A. Le modèle biopsychosociat : beaucoup plus qu’un supplement d’empathie.Revue médicale suisse. 2010; 6(258): 1511-1513.
    26. Kamper, S. J., Apeldoorn, A. T., et al. Multidisciplinary biopsychosocial rehabilitation for chronic low back pain. The Cochrane Library; 2014.
    27. Zettel, J. L., Holbeche, A., et al. Redirection of gaze and switching of attention during rapid stepping reactions evoked by unpredictable postural perturbation.Experimental brain research. 2005; 165(3): 392-401.
    28. Woollacott, M., & Shumway-Cook, A. Attention and the control of posture and gait: a review of an emerging area of research.Gait & posture. 2002; 16(1): 1-14.
    29. Borel, L., & Alescio-Lautier, B. Posture and cognition in the elderly: Interaction and contribution to the rehabilitation strategies. Neurophysiologie Clinique/Clinical Neurophysiology. 2014; 44(1): 95-107.
    30. O’Sullivan, K., McAulliffe, S., & DeBurca, N. The effects of eccentric training on lower limb flexibility: a systematic review.British journal of sports medicine. 2014; 48(7): 648-648.
    31. Myers, T. W. The ‘anatomy trains’.Journal of Bodywork and Movement Therapies. 1997; 1(2): 91-101.
    32. Pilat, A.Terapias miofasciales: Inducción miofascial. McGraw-Hill Interamericana de España; 2003.
    33. Yuan, S. L. K., Matsutani, L. A., & Marques, A. P. Effectiveness of different styles of massage therapy in fibromyalgia: A systematic review and meta-analysis.Manual therapy. 2015; 20(2): 257-264.
    34. Ho, C. Y. C., Sole, G., & Munn, J. The effectiveness of manual therapy in the management of musculoskeletal disorders of the shoulder: a systematic review.Manual therapy. 2009; 14(5): 463-474.
    35. Furlan, A. D., Imamura, M., Dryden, T., & Irvin, E. Massage for low‐back pain.The Cochrane Library; 2008.
    36. Vostatek, P., Novak, D., et al. Diaphragm postural function analysis using magnetic resonance imaging. PloS one. 2015; 8(3): e56724.
    37. Hodges, P. W., Butler, J. E., et al. Contraction of the human diaphragm during rapid postural adjustments.The Journal of physiology. 1997; 505(2): 539-548.
    38. Hodges, P. W., Gandevia, S. C., & Richardson, C. A. Contractions of specific abdominal muscles in postural tasks are affected by respiratory maneuvers. Journal of Applied Physiology. 1997; 83(3): 753-760.
    39. Hodges, P. W., Sapsford, R., & Pengel, L. H. M. Postural and respiratory functions of the pelvic floor muscles.Neurourology and urodynamics. 2007; 26(3): 362-371.
    40. Borghuis, J., Hof, A. L., & Lemmink, K. A. The importance of sensory-motor control in providing core stability. Sports medicine. 2008; 38(11): 893-916.
    41. Moseley, G. L., Nicholas, M. K., & Hodges, P. W. Does anticipation of back pain predispose to back trouble? 2004; 127(10): 2339-2347.
    42. Moseley, G. L., Nicholas, M. K., & Hodges, P. W. Pain differs from non-painful attention-demanding or stressful tasks in its effect on postural control patterns of trunk muscles.Experimental brain research. 2004; 156(1): 64-71.
    43. Carpintero Rubio C.J. Origen y desarrollo del concepto de cadenas musculares en fisioterapia [Thèse doctoral]. 2015.  Universidad Complutense de Madrid, Madrid.

    Kinésithérapie Scientifique / KS n°598- mai 2018

    Profession Kiné n°57 – décembre 2017

    Extrait article / Horse Pilot – Vincent ROGINE

    Rencontre avec un professionnel de santé spécialisé…

    Vincent Rogine est kinésithérapeute Méziériste : une branche de la profession qui se spécialise dans les chaines musculaires. Elle s’axe sur le travail postural pour corriger les troubles de la statique, apprendre à bien maîtriser son corps, en travaillant sur les chaines musculaires. Nous avons eu son contact grâce à notre ambassadrice Félicie Bertrand et avons découvert qu’il était coutumier du traitement des cavaliers. Installé aux écuries des Hauts Vents, au cœur de la Normandie, c’est naturellement que des athlètes de la région sont allés vers lui. De son expérience et à côtoyer tous profils de cavalier, Vincent Rogine a son idée sur la question de l’équitation et son impact sur le corps.

    Alors notre équitation : bonne ou mauvaise pour la santé et pour le dos ?

    Horse Pilot : Quels sont les muscles et les articulations qui sont les plus sollicitées en équitation ?

    Vincent Rogine : Ce qui est le plus sollicité c’est le bassin, et les articulations des chevilles et des genoux, et le dos… Niveau musculaire ce sont les abducteurs qui posent problème et les rétractions (raccourcissement ou diminution de volume d’un tissu) des chaines postérieures qui sont gênantes. C’est-à-dire que si vous avez des tensions dans les mollets et donc la chaîne postérieure, cela peut être un frein pour avoir une position correcte à cheval.

    H.P. : Et y a-t-il des pathologies qui apparaissent plus fréquemment chez les cavaliers ? Est-ce que ça dépend des disciplines ?

    Personnellement je connais plus le dressage et le saut d’obstacle. Le principal problème qu’on rencontre c’est toutes les tendinites et les déchirures des abducteurs ou des muscles de l’intérieur de la cuisse, soit pour des raisons traumatiques, soit pour des tensions chroniques qui deviennent douloureuses. En général les patients qui ont mal au dos ne sont pas aggravés par le fait de monter à cheval quand ils montent correctement ils sont plutôt améliorés par l’équitation.

    On pourrait dire que les deux bons sports pour le dos c’est la marche à pied et l’équitation. Ce qui aggrave les problèmes de dos ce sont les chutes, et tous les à-côtés ; si vous faites les boxes, que vous portez les barres… Passer son temps penché en avant pour curer les pieds, mettre les crampons…

    H.P. : Vous avez anticipé un peu une autre question qui concernait les à-côtés de l’équitation. Travailler dans une écurie, c’est beaucoup tenir une fourche, un balai… Avec une main en haut, une en bas, souvent toujours de la même manière !

    V.R. : Oui parce que quand on est droitier on est incapable de tenir la fourche autrement qu’avec la main droite en haut et la main gauche en bas. On ne peut pas faire l’inverse. Donc on se vrille le dos…  L’intérêt de l’équitation c’est que c’est un sport symétrique, où l’on étudie sa position. Au niveau de la prise de conscience du corps, et le travail de la symétrie c’est intéressant parce qu’on essaie d’être symétrique dans ce que l’on fait. A la fois pour le cheval et pour soit.
    A mes patients, je ne déconseille jamais de monter à cheval. En revanche je leur dis ‘’vous montez avec un gilet de protection, une bombe, au mieux un airbag mais vous vous protégez au maximum parce que c’est quand vous tombez vous n’allez pas vous faire du bien.’’

    Pour paliers les soucis de santé liées à la pratique de notre sport, existent les échauffements, trop souvent négligés en équitation…

    H.P. : Qu’est-ce que vous auriez comme conseils à donner, des gestes simples et rapides à adopter pour se mettre en condition avant l’effort et pour pérenniser sa condition physique ?

    V.R. : Il faut faire un travail de fond de placement et d’étirement du corps ; ça ne se fait pas 5 minutes. Si on a quelque chose à faire avant de monter c’est échauffer les hanches et les abducteurs. C’est vraiment le muscle qui est pris à froid, on se sert brusquement des cuisses cela peut provoquer des déchirures donc s’il y a une chose à faire, c’est échauffer les hanches et les abducteurs. Il n’y en a pas 36 !

    H.P. : Pourriez-vous me décrire ces gestes ?

    V.R. : Bien sûr, quand le cavalier est debout il pose son talon droit, jambe tendue, sur un tabouret. Il fléchie sa jambe gauche et met en tension ses abducteurs en descendant un peu son centre de gravité. Sa jambe droite reste bien tendue en relevant la pointe de pied « flex » pour tirer sur la chaîne postérieure (arrière de la jambe). Il n’y a donc pas besoin de matériel compliqué ; un tabouret, une botte de foin… On peut aussi travailler en écartant un peu ses deux pieds au sol et descendre progressivement les hanches en écartant les jambes.

    Il ne faut pas monter à cheval en étant tout raide, bloqué, il faut s’échauffer. Dans le meilleur des cas, allez voir quelqu’un qui vous conseille et qui vous donne un programme journalier pour pouvoir être échauffé trois quarts d’heure, une heure avant. L’important c’est la préparation.

    Un autre élément à bien assimiler c’est la qualité du relâchement musculaire.

    On cherche le relâchement du cheval : il faut que le cavalier ait le même. On est raide parce qu’on est crispé dans sa tête. J’ai traité un cavalier qui s’appelle Christian E. il est très raide. Mais quand il monte on est incapable de le savoir parce qu’il monte relâché, ça ne le gêne pas pour monter. Le relâchement il est 50% physique et 50% mental. Ça fait vraiment la différence.

    H.P. : Comment trouver le juste équilibre entre le relâchement et la tonicité ?

    V.R. : Le juste milieu c’est apprendre le placement de son corps. Ça ne demande pas une action musculaire forte. C’est être placé au-dessus de ses pieds, bien aligner ses masses ; cheville, genou, bassin, épaules etc. comme on nous apprend. La juste répartition du corps et de son centre de gravité, ce n’est pas sur un effort musculaire au contraire. Il faut en être capable en étant le plus relâché possible en étant juste ce qu’il faut de tension musculaire. On ne monte pas à cheval pour faire de la muscu !

    Être capable de garder de l’aisance et de la fluidité dans son corps, sans rien bloquer. A partir du moment où on bloque son corps, c’est le cheval qui se bloque et là c’est foutu.

    La clé, c’est le contrôle mental que l’on a de sa posture et de sa musculature. Être capable de ne pas bloquer sa respiration. Le yoga c’est bien pour ça ; il y a beaucoup d’exercices respiratoires. Essayer de ne pas avoir une respiration courte et superficielle mais plutôt dans le ventre, régulière et calme ! Ne pas s’arrêter de respirer, inspirer profondément, se relâcher. Tant que la respiration est bloquée on ne peut rien faire. Elle permet de travailler tout le reste ensuite.


    H.P. :
    Je rebondis sur quelque chose que vous m’avez dit un peu plus tôt, un des meilleurs sports qui complète l’équitation était la marche à pied. Est-ce que vous pourriez développer cette idée ?

    V.R. : Oui tout simplement. Marcher avec des bâtons de marche (marche nordique) ce n’est pas traumatisant, ça fait travailler toute la musculature, ça fait travailler le souffle ! Ce qui peut manquer pour un cavalier ; comme les parcours durent 70 secondes (en CSO, ndlr), il faudrait trouver une activité un peu plus intense où on puisse s’entraîner à fournir un effort pendant 1 minute et demi sans être complètement « roti » au bout de 45 secondes. Donc là il faut faire soit de la natation – si elle est bien pratiquée – ça peut être le vélo aussi en étant capable de tenir le choc d’un effort intense pendant 2 minutes… Un entrainement à des efforts courts et intenses sera important. Quand on n’a pas cet entrainement-là, on est dans le noir sur la fin de son parcours ou même sa reprise de dressage, parce qu’on ne respire plus. Il y a toujours le moyen de trouver un sport qu’on aime bien mais qu’il faut faire quand on peut (vélo, natation, step…).

    A retenir :

    Bien pratiquée, l’équitation n’est pas mauvaise pour la santé. Elle est même bénéfique pour le dos ! Avec quelques échauffements, une bonne gestion de sa respiration, et un travail complémentaire permettant de gérer un effort court et intense, vous serez armé en toute circonstance ! Prêts à relever le défis ?