Comment un kinésithérapeute méthode Mézières peut vous aider?

La Méthode Mézières est avant tout une méthode globale, destinée à rééduquer le corps dans sa totalité, en remontant à l’origine de la douleur.

L’objectif principal est de redonner l’unité au corps en rééquilibrant et en allongeant les différentes chaînes musculaires. Françoise Mézières a en effet constaté que les structures squelettiques humaines ne sont pas tassées par la force de la pesanteur mais beaucoup plus par la propre force du sujet.
Cette force est une tension que le sujet accumule dans ses muscles au cours de sa vie afin de pouvoir se maintenir debout. Mais en devenant trop puissants et trop courts, ces muscles sont à l’origine de la déviation de tous les segments du corps. Le sujet est en permanence victime de ses propres rétractions musculaires. Cherchant à échapper à ses raccourcissements par des compensations de tous ordres, il entre dans le cercle vicieux « rotations, torsions, compressions, douleurs». C’est pourquoi les kinésithérapeutes pratiquant la méthode Mézières réalisent un bilan très précis lors de la première séance permettant de cibler précisément les chaînes musculaires à réharmoniser.
La thérapie vise aussi à libérer la respiration, notamment en travaillant sur le diaphragme qui, de par ses liens avec l’ensemble des chaînes musculaires, a une influence sur toute la statique et la dynamique du corps.

Principes

1- La lordose

Le passage de la position quadrupède à la position bipède conduit au redressement puis à l’inversion de la courbure lombaire. La position debout est donc à l’origine des courbures vertébrales, la lordose apparaissant comme une zone adaptative primaire.
La lordose est une courbure physiologique normale. Par contre, l’hyperlordose est une empreinte dérangeante qui va en outre se déplacer telle ‘un anneau sur une tringle » lorsqu’on va vouloir la corriger.
Exemple : lorsqu’on veut étirer une nuque pour en diminuer la lordose, c’est la lordose lombaire qui va s’aggraver. Si on essaie de la corriger, c’est la lordose située à l’arrière du genou qui apparaît ou à nouveau la lordose cervicale qui revient.
Une lordose peut se compenser par une autre lordose, ce qui explique l’insuffisance d’un travail local.

2- Les chaînes musculaires

De par leur solidarité, les muscles du corps peuvent s’organiser en de véritables chaînes musculaires. Elles favorisent le lien entre le tronc et les membres inférieurs étant reliés au tronc par l’intermédiaire des épaules. Elles réalisent l’unité du corps.
C’est la raison pour laquelle un excès de tension à un bout d’une chaîne entraîne forcément une difficulté à l’autre bout de cette chaîne. C’est ce qui explique l’inutilité d’un travail segmentaire qui ne va prendre en compte qu’une partie du problème, en général la conséquence, sans s’occuper de la cause.
C’est Françoise Mézières qui a découvert l’importance de la chaîne postérieure qui s’étend de la base du crâne aux orteils.
En fonction du résultat de l’examen rigoureux établi en début de traitement, le kinésithérapeute méthode Mézières sera appelé à la rééquilibrer si nécessaire et à s’adresser aussi à d’autres chaînes, antérieures ou croisées.
De par l’interactivité des chaînes musculaires, le thérapeute se devra d’être très attentif au jeu des compensations pouvant se produire à distance lors de l’application d’une posture d’étirement.

3- Le réflexe antalgique a priori

Concept méziériste majeur, c’est un processus préventif, un comportement échappatoire pour éviter une douleur et l’oublier.

A partir d’un traumatisme même mineur et qui peut être d’ordre physique, psycho-comportemental ou même émotionnel, le corps va inconsciemment chercher à s’adapter pour fuir la sensation douloureuse.
Les segments du corps vont s’organiser en déséquilibrant la statique, ce qui va surmener des articulations et entraîner d’autres tensions musculaires. Toute une chaîne réactive de défense et de compensations va s’installer jusqu’au jour où le corps n’arrivant plus à compenser, le patient viendra consulter pour des douleurs qui ne seront que les effets d’une cause plus lointaine dans le temps et l’espace
« Le mal n’est jamais là où il se manifeste »
Françoise Mézières

4- La respiration

Tout déséquilibre de la statique va entraîner un blocage respiratoire mais inversement tout blocage respiratoire peut entraîner un trouble de la statique.

De nombreuses personnes sont en blocage inspiratoire ou expiratoire par leur mauvaise statique et/ou leurs tensions musculaires.
Il n’est pas de traitement par la méthode Mézières sans éducation et libération de la respiration.
Une attention particulière sera portée au mouvement du diaphragme qui par ses multiples fonctions tant respiratoires, phonatoire, circulatoire, digestive, gynécologique que statique, se retrouve être le point d’équilibre de tout notre système myo-fascial.
Le diaphragme doit être libre et mobile.
Aucun travail de rééquilibrage des chaînes musculaires ne peut se faire sans travailler à cette libération respiratoire et au relâchement diaphragmatique.

5- La proprioception

Cette méthode de rééducation ne doit pas uniquement corriger un dysfonctionnement mais également donner au patient la possibilité d’organiser et d’intégrer un nouveau schéma corporel. C’est la condition sine qua non pour que le traitement soit efficace dans le temps.
Il faut pour cela solliciter les récepteurs kinesthésiques ce qui nécessite pour le patient « d’être présent » lors des différentes corrections proposées et de s’investir au cours de la séance pour parfaire son apprentissage.
Indications
Les principales indications sont les suivantes :
> Les algies vertébrales chroniques ou aiguës ( » mal au dos « ),
>Les névralgies accompagnant les douleurs de dos : sciatiques, cruralgies, névralgies cervico-brachiales,
>Les douleurs chroniques ou aiguës des articulations et des membres : coxarthrose, gonarthrose, tendinites…,
>Les dysfonctionnements respiratoires,
>Les séquelles d’entorses ou de fractures et d’affections neurologiques, traumatismes et d’affections neurologiques.
>Les suite d’accidents sportifs.
>Les déviations et déformations orthopédiques chez l’adulte et l’adolescent : lordoses, cyphoses, scolioses, genu-valgum et varum, pieds plats ou creux…,
>Les répercussions sur le schéma corporel de certaines affections psychosomatiques,
>Les tensions musculaires et douleurs dues au stress.

L’aspect individuel et progressif du traitement permet de l’adapter à tous les âges. Cependant cette méthode s’applique difficilement aux très jeunes enfants pour une raison effective de coopération.

Au-delà de son action curative, la méthode Mézières a également une vocation éducative et préventive et peut convenir à toute personne qui a le désir de participer à son mieux-être.

Moyens

1. Les postures d’étirement

A la suite d’un bilan très rigoureux, le kinésithérapeute méthode Mézières va déterminer les chaînes musculaires cause des dysfonctionnements et/ou douleurs. Il pourra alors choisir les postures qui, en fonction des possibilités du sujet, permettront de libérer les chaînes myo-fasciales rétractées tout en corrigeant tous les déséquilibres de façon simultanée.
En fonction des possibilités du sujet, elles visent à allonger les chaînes myofasciales rétractées et permettent de corriger les déséquilibres d’une façon simultanée tout en favorisant la liberté respiratoire.
Ces postures peuvent se faire en position allongée, assise ou debout et seront accompagnées du travail de libération du diaphragmatique afin d’obtenir une correction globale.

2. Les massages

Différentes techniques sont employées pour faciliter l’action des postures d’étirement. Elles favorisent le relâchement des points douloureux et des spasmes musculaires, tout en agissant sur le phénomène proprioceptif de récupération des sensations musculaires

3. Les mobilisations

La Méthode Mézières ne consiste pas seulement en un travail statique, elle s’adresse aussi aux muscles de la dynamique, d’où l’importance de mettre du mouvement et du rythme dans la séance.
Exigences
La méthode Mézières ne se pratique qu’en séance individuelle et nécessite la présence effective et constante du kinésithérapeute méthode Mézières qui se doit d’adapter tout traitement au cas et à la personne.
Le traitement s’effectue à raison d’1 séance par semaine, d’une durée de 3/4 d’h à 1 heure, temps nécessaire pour traiter le corps dans sa globalité en y intégrant l’aspect proprioceptif et éducatif.
Selon l’évolution, les séances peuvent être espacées, jusqu’à ce que le patient retrouve son indispensable autonomie.

Véritable réponse aux mécanismes d’adaptation et de compensation du corps, la méthode Mézières offre une originalité et une efficacité, la plaçant en pointe dans le domaine de la kinésithérapie.