UNE METHODE GLOBALE

LES PRINCIPES DE BASE

La Méthode Mézières est avant tout une méthode globale, destinée à rééduquer le corps dans sa totalité, en remontant à l’origine de la douleur.

L’objectif principal est de redonner l’unité au corps en rééquilibrant et en allongeant les différentes chaînes musculaires. Françoise Mézières a en effet constaté que les structures squelettiques humaines ne sont pas tassées par la force de la pesanteur mais beaucoup plus par la propre force du sujet.
Cette force est une tension que le sujet accumule dans ses muscles au cours de sa vie afin de pouvoir se maintenir debout. Mais en devenant trop puissants et trop courts, ces muscles sont à l’origine de la déviation de tous les segments du corps. Le sujet est en permanence victime de ses propres rétractions musculaires. Cherchant à échapper à ses raccourcissements par des compensations de tous ordres, il entre dans le cercle vicieux « rotations, torsions, compressions, douleurs». C’est pourquoi les thérapeutes réalisent un bilan très précis lors de la première séance permettant de cibler précisément les chaînes musculaires à réharmoniser.
La thérapie vise aussi à libérer la respiration, notamment en travaillant sur le diaphragme qui, de par ses liens avec l’ensemble des chaînes musculaires, a une influence sur toute la statique et la dynamique du corps.

UNE REPONSE PERSONNALISEE

La méthode Mézières ne se pratique qu’en séance individuelle et nécessite la présence effective et constante du kinésithérapeute et de son patient, afin de mener à bien le traitement.
Les séances sont d’une durée de 45 minutes à 1 heure, temps nécessaire pour parvenir à une amélioration durable.
Lors de la première séance, le bilan permet de faire le constat des différents blocages articulaires entraînés par les tensions dans les chaînes musculaires du sujet, mais aussi d’aborder les symptômes, les antécédents afin de commencer à dérouler le fil de l’histoire qui a amené le patient à consulter. Ce bilan ouvre déjà les portes vers une libération de la mobilité.

Par des tests très précis et localisés aux différentes articulations du corps, le patient va prendre conscience que l’étirement de certains groupes musculaires, conduit avec pertinence par le thérapeute, permet de recouvrer une aisance et un confort indispensables au mouvement et donc au bien-être corporel. A l’issue de ce bilan se dessine un projet thérapeutique adapté à la personne car en effet, avec l’expérience, il est apparu impératif d’adapter le travail du kinésithérapeute au cas par cas, selon le profil et les antécédents de chacun, afin d’obtenir des résultats optimaux.

L’amélioration et la diminution de la douleur peuvent être rapides, mais classiquement, le traitement s’étale sur plusieurs mois, à raison d’une séance par semaine. Selon l’évolution, les séances peuvent être espacées, jusqu’à ce que les patients retrouvent leur indispensable autonomie.

Un traitement de longue durée

La particularité de la méthode Mézières est qu’elle repose sur des séances longues. L’objectif est de rééduquer en profondeur, à la fois dans le détail et dans la globalité. Au cours d’une même séance, le thérapeute peut être amené à travailler sur des amplitudes articulaires précises au niveau d’une articulation, et chercher à restaurer l’ensemble des courbures de la colonne vertébrale.

A la différence des kinésithérapeutes classiques, les mézièristes travaillent souvent directement au sol ou peuvent utiliser une table plus large que les kinés classiques, ce qui permet d’adopter des positions plus favorables à un étirement de l’ensemble des chaînes musculaires. En revanche, le mézièriste utilise aussi les techniques de massage et de mobilisation, nécessaires pour faciliter le travail de posture, visant toujours à l’allongement des muscles et à la décompression articulaire.

Comme pour un traitement classique, les séances sont prescrites par un médecin, et sont par conséquent remboursées en partie par la sécurité sociale. Un complément d’honoraire est demandé, complément qui peut faire l’objet d’un remboursement par certaines mutuelles.